Le gouvernement wallon masque son incapacité en accusant le fédéral !

Le couperet est tombé pour le gouvernement wallon. Le déficit du budget 2017 sera nettement supérieur aux attentes. Il passera de 200 à 640 millions, ce malgré une hausse inespérée des recettes fiscales. Un dérapage prévu de longue date par DéFI.

En 2016, DéFI pointait le manque de prudence budgétaire du gouvernement wallon. DéFI estimait, en effet, que le déficit budgétaire augmenterait de plus d’un milliard d’euros entre 2015 et 2019, sans changement radical de politique. Cette sonnette d’alarme n’a pas été entendue par le gouvernement wallon. Osons le dire, il s’agit d’une véritable catastrophe pour la Wallonie !

Primo, le gouvernement ne pourra tenir ses promesses de réformes, notamment dans le secteur, déjà sous-financé, du logement social.

Secundo, ce nouveau dérapage augmente le poids de la dette qui sera supportée par les jeunes générations, déjà frappées par un taux de chômage élevé. Cette annonce ne fait, finalement, que confirmer la prédiction des agences de notation, qui avaient dégradé, début juillet, la perspective de la notation de la Région wallonne de stable à négative.

Lire la suite...

L'introduction de la TVA sur les frais d'avocats réduit l'accès à la justice


Le 28 juillet dernier, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rendu un arrêt concernant les effets sur l’accès à la justice de la TVA sur les honoraires d’avocats. La CJUE a voulu savoir si le droit à un procès équitable – garanti par l’article 5 de la Convention européenne des droits de l’homme – était effectivement maintenu par l’introduction de la TVA sur les honoraires et frais des avocats.

Il découle de cette introduction, effective depuis le 1er janvier 2014, qu’un particulier voit le coût de sa défense en justice augmenté de 21 % alors que la partie adverse (s’il s’agit d’un assujetti à la TVA ayant droit à la déduction) ne doit pas supporter le coût de la TVA. En outre, « l’accès à la défense prise en charge par l’État est limité à une petite catégorie de personnes, compte tenu des faibles revenus donnant droit au paiement des honoraires et frais d’avocats par l’État dans le cadre de l’aide juridique de deuxième ligne« , indique Olivier Maingain, président de DéFI.

Lire la suite...

Un 2e saut d'index ? Une nouvelle obsession dogmatique de la N-VA !

Pour le président de DéFI, Olivier Maingain, la volonté de la N-VA d’imposer un deuxième saut d’index aux seuls fonctionnaires et aux allocataires sociaux relève de l’obsession dogmatique et ne repose sur aucune exigence économique .

La croissance économique est plus faible en Belgique que la moyenne des autres pays de la zone euro parce que le gouvernement De Wever/ Michel n’a toujours pas compris que le renforcement du pouvoir d’achat des travailleurs est le meilleur levier de la relance de l’économie. Ce que d’autres pays européens ont compris en revalorisant notamment les bas salaires.

Lire la suite...

La rage taxatoire du gouvernement De Wever-Michel conduit à l’impasse budgétaire !

Pour le président de DéFI, Olivier Maingain, le trou budgétaire abyssal annoncé démontre l’amateurisme préoccupant du gouvernement De Wever-Michel. Après l’évanescent ministre Jamar, fâché avec les chiffres, le duo Wilmès-Van Overtveldt est incapable de construire un projet budgétaire sur des bases sérieuses.

Cet échec budgétaire est la conséquence des mauvais choix économiques opérés par le gouvernement. La croissance économique est inférieure en Belgique à la moyenne européenne; à défaut d’une croissance plus forte, il n’y aura ni résorption des déficits, ni diminution de la dette publique.

Lire la suite...